Pourquoi mes muscles sont-ils faibles ?

Vue d’ensemble

La faiblesse musculaire survient lorsque votre effort total ne produit pas une contraction ou un mouvement musculaire normal.

C’est ce qu’on appelle parfois :

  • une force musculaire réduite
  • faiblesse musculaire
  • des muscles faibles

Que vous soyez malade ou que vous ayez simplement besoin de repos, la faiblesse musculaire à court terme touche presque tout le monde à un moment donné. Un entraînement intensif, par exemple, épuisera vos muscles jusqu’à ce que vous leur ayez donné une chance de récupérer en vous reposant.

Si vous développez une faiblesse musculaire persistante, ou une faiblesse musculaire sans cause apparente ou explication normale, cela peut être le signe d’un problème de santé sous-jacent.

Les contractions musculaires volontaires sont généralement générées lorsque votre cerveau envoie un signal à un muscle par l’intermédiaire de votre moelle épinière et de vos nerfs.

Si votre cerveau, votre système nerveux, vos muscles ou les connexions entre eux sont blessés ou affectés par une maladie, vos muscles peuvent ne pas se contracter normalement. Cela peut entraîner une faiblesse musculaire.

Causes potentielles de faiblesse musculaire

De nombreux problèmes de santé peuvent entraîner une faiblesse musculaire.

En voici quelques exemples :

  • les troubles neuromusculaires, tels que les dystrophies musculaires, la sclérose en plaques (SEP), la sclérose latérale amyotrophique (SLA)
  • les maladies auto-immunes, telles que la maladie de Graves, la myasthénie grave et le syndrome de Guillain-Barré
  • les affections de la thyroïde, telles que l’hypothyroïdie et l’hyperthyroïdie
  • des déséquilibres électrolytiques, tels que l’hypokaliémie (carence en potassium), l’hypomagnésémie (carence en magnésium) et l’hypercalcémie (taux élevé de calcium dans le sang)

Parmi les autres conditions susceptibles de provoquer une faiblesse musculaire, citons

  • stroke
  • hernie discale
  • le syndrome de fatigue chronique (SFC)
  • l’hypotonie, un manque de tonus musculaire qui est généralement présent à la naissance
  • neuropathie périphérique, un type de lésion nerveuse
  • névralgie, ou brûlure ou douleur aiguë suivant le trajet d’un ou de plusieurs nerfs.
  • polymyosite, ou inflammation musculaire chronique
  • l’immobilisation ou l’alitement prolongé
  • l’alcoolisme, qui peut provoquer une myopathie alcoolique
  Le flutter auriculaire

La faiblesse musculaire peut également être causée par des complications dues à certains virus et infections, notamment :

  • polio
  • Le virus du Nil occidental
  • rhumatisme articulaire aigu

Le botulisme, une maladie rare et grave causée par la bactérie Clostridium botulinum, peut également entraîner une faiblesse musculaire.

La consommation prolongée de certains médicaments peut également entraîner une faiblesse musculaire.

Ces médicaments comprennent :

  • les statines et autres agents hypolipidémiants
  • les médicaments antiarythmiques, tels que l’amiodarone (Pacerone) ou la procaïnamide
  • corticostéroïdes
  • la colchicine (Colcrys, Mitigare), qui est utilisée pour traiter la goutte

Diagnostiquer la cause sous-jacente de la faiblesse musculaire

Si vous souffrez d’une faiblesse musculaire qui n’a pas d’explication normale, prenez rendez-vous avec votre prestataire de soins.

Vous serez interrogé sur votre faiblesse musculaire, notamment sur la durée de votre maladie et sur les muscles qui sont touchés. Votre prestataire de soins vous demandera également quels sont vos autres symptômes et vos antécédents médicaux familiaux.

Votre prestataire de soins de santé peut également vérifier votre :

  • réflexes
  • sens
  • le tonus musculaire

Si nécessaire, ils peuvent commander un ou plusieurs tests, par exemple :

  • un scanner ou une IRM pour examiner les structures internes de votre corps
  • des tests nerveux pour évaluer le fonctionnement de vos nerfs
  • l’électromyographie (EMG) pour tester l’activité nerveuse de vos muscles
  • des tests sanguins pour vérifier les signes d’infection ou d’autres conditions

Options de traitement de la faiblesse musculaire

Une fois qu’il aura déterminé la cause de votre faiblesse musculaire, votre prestataire de soins vous recommandera un traitement approprié. Votre plan de traitement dépendra de la cause sous-jacente de votre faiblesse musculaire, ainsi que de la gravité de vos symptômes.

Voici quelques-unes des options de traitement pour les affections qui provoquent une faiblesse musculaire :

Thérapie physique

Les physiothérapeutes peuvent vous suggérer des exercices pour améliorer votre qualité de vie si vous souffrez de maladies comme la sclérose en plaques ou la sclérose latérale amyotrophique.

  Wasp Stings : Symptômes de réaction et traitement

Par exemple, un kinésithérapeute peut suggérer des exercices de résistance progressive pour aider une personne atteinte de sclérose en plaques à renforcer des muscles devenus faibles par manque d’utilisation.

Pour une personne atteinte de SLA, un physiothérapeute peut recommander des étirements et des exercices d’amplitude de mouvement pour prévenir la raideur musculaire.

Ergothérapie

Les ergothérapeutes peuvent vous proposer des exercices pour renforcer le haut du corps. Ils peuvent également vous recommander des appareils et des outils d’assistance pour vous aider dans vos activités quotidiennes.

L’ergothérapie peut être particulièrement utile au cours du processus de réadaptation après un accident vasculaire cérébral. Les thérapeutes peuvent recommander des exercices pour remédier à la faiblesse d’un côté du corps et aider à la motricité.

Médicaments

Les analgésiques en vente libre, tels que l’ibuprofène ou l’acétaminophène, peuvent aider à gérer la douleur associée à des affections telles que :

  • la neuropathie périphérique
  • CFS
  • névralgie

L’hormone de remplacement de la thyroïde est utilisée pour traiter l’hypothyroïdie. Le traitement standard consiste généralement à prendre de la lévothyroxine (Levoxyl, Synthroid), qui est une hormone thyroïdienne synthétique.

Changements de régime alimentaire

Modifier son alimentation peut aider à remédier aux déséquilibres électrolytiques. Votre prestataire de soins de santé peut également vous suggérer de prendre des suppléments, tels que du calcium, de l’oxyde de magnésium ou de l’oxyde de potassium, selon vos besoins.

Chirurgie

La chirurgie peut être utilisée pour traiter certaines conditions, comme une hernie discale ou une hyperthyroïdie.

Reconnaître une urgence potentielle

Dans certains cas, la faiblesse musculaire peut être le signe de quelque chose de très grave, comme un accident vasculaire cérébral.

Si vous présentez l’un des symptômes suivants, appelez immédiatement le 911 ou les services d’urgence locaux :

  • apparition soudaine d’une faiblesse musculaire
  • un engourdissement soudain ou une perte de sensibilité
  • une difficulté soudaine à bouger les membres, à marcher, à se tenir debout ou à s’asseoir
  • difficulté soudaine à sourire ou à former des expressions faciales
  • confusion soudaine, difficulté à parler ou à comprendre les choses
  • faiblesse des muscles de la poitrine entraînant des difficultés respiratoires
  • la perte de conscience